La cartouchière de M. Bati

Qui part à la chasse … Vous connaissez l’histoire ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans cette demeure, l’homme est chasseur – Monsieur Bati – Corse, amateur de belles choses. Et pour la chasse, il sait de quoi il cause.

Alors qui part à la chasse passe par IZAHO et s’adressant à Monsieur Eric avec cet accent bien particulier de l’Ile de Beauté :
— « Je veux quelque chose de beau. Mais attention, fais-moi du solide. Tu comprends, quand on rampe dans le maquis, on s’accroche de partout. Crois-moi que ça rigole pas. Et je voudrais aussi loger un maximum de cartouches. »

A vrai dire, nous n’avons jamais fais de pièces pour qu’elles soient soumises à de telles contraintes. Nous avons relevé le défi en choisissant de travailler dans un cuir de zébu avec une finition nubuck, ciré à la main sur le côté extérieur. Le nubuck est réputé plus résistant parce que la fleur est simplement poncée, sans qu’un produit soit appliqué à sa surface.

Comme le veut la tradition de la maroquinerie IZAHO, cette pièce a toute entière été réalisée avec le cœur, la main et l’outil. Une double bande de cuir, marouflée sur un tissu de renfort et cousue manuellement au point sellier, vient accueillir 25 cartouches de 12.

La confection de cette pièce à l’aspect brut demande beaucoup de rigueur, de précision. Bien que très compact, le cuir de zébu lui aussi s’assoupli à l’usage. Les munitions doivent être tenues serrées pour ne pas être perdues.

Pour parfaire cette pièce, les deux premiers exemplaires ont été agrémentés d’une boucle en laiton poli, provenant de la maison Poursin à Paris.

Oui, vous avez bien lu, deux exemplaires. Parce qu’au moment où la confection de la première cartouchière touchait à sa fin, un de nos très fidèles clients, Monsieur Nirina remarquant l’ouvrage, nous en passa commande sur le champ. Les deux hommes se connaissent bien et s’apprécient. Sérieux, bons vivants, c’est cela : de sérieux bons vivants.

Le troisième exemplaire (il illustre cet article) est celui d’un chasseur qui voulant cadeauter son fils, nous pressa, pressa… pour se décommander au moment de la livraison. Paraitrait qu’une grande chaine d’article de sport nous aurait damé le pion. Belle leçon en vérité. Elle nous rappèle que rien n’est acquis, qu’il faut rester humble sur tout, appliqué, persévérant.

Cependant une question demeure ; qu’en sera-t-il de l’avis de notre ami Monsieur Bati au retour d’une saison de chasse ?
Serons-nous sous le joug d’une slave de compliments ou bien d’un bon coup de 12 dans les fesses pour forfanterie ?

À suivre donc.

Ces images ont été réalisées grâce à la complicité de la galerie Fabrice Delannoy à Faravohitra qui nous a accueilli.

La galerie Fabrice Delannoy est à voir absolument. S’y trouve un travail d’auteur que le photographe Fabrice Delannoy mène depuis longtemps sur Madagascar.

Stylisme : Fusil Beretta calibre 12 à canons superposés. Sculptures de Thomas le Marchand de Sable à Nosy Be. Tirage sous cadre, numéroté et signé de l’auteur Fabrice Delannoy.

Clichés réalisés par Monsieur Eric pour IZAHO

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s